Parti parti














Allégée pour de vrai de cette part qui va m'oublier
Flottant jusqu'au bout des océans poudreux
Patiente jusqu'à ras bord dans les soutes des gros navires
Il est temps maintenant de revenir aux basses terres par pans entiers
D'applaudir encore aux veilles closes
Le temps est décidé à me soutenir
Ne reste plus qu'à le replier
Et avant que ma place forte ne me quitte
Par un sérieux bonheur à m'y étendre
Encore la convoiter
La convoiter

Mai 2012

Deux hommes larges et tenaces enlèvent la partie du tout qui  s'en va et m'attendra là-bas