A slice of England

















On a glissé la nuit durant sur la paume des ferries
Dormi peu, dormi dur
Éveillés à l'aube par l'heure pas encore vécue et l'accostage millimétrique
Portsmouth, ouvrant ses côtes et la patience infinie de ses morts aux Malouines
Nous sacrifierons nos préjugés à l'aventure mutique des explorations

England !
England !

On sautille d'un pied sur l'autre sous le choc des scansions toussoteuses de ta langue
Et la dignité indévissable de tes haricots blancs
Toujours ébahis par les acidités de tes filles et de leurs pâtisseries
On s'immerge en y croyant à peine dans la raie de fesses attendries et dans des cheveux rouges

Émus !
Émus !

Cherchant à tâtons à retrouver le continent de nos primes beautés et leurs certitudes
Épatés !
Appâtés !

Étonnés par ce qu'il advient de tes corps
Les masses graisseuses s'imposent en dessinant leur sort
Leur volume se répand outrageusement dans l'air
Prêt à te battre même quand tu dors
On baisse les yeux par peur de trop en voir

L'appel des océans s'est tu mais la mer continue de t'envelopper
Il subsiste une marque de ce marche ou crève
Tatouée de haut en bas sur ton échine
Le style d'une arrogance millénaire et barbare par devoir
Un trait de superlatif qui déplie tes gènes
Donne un tranchant parfait à ton inépuisable décadence.




Portsmouth, Juin 2012